Les bienfaits du sport sur le cerveau

Pourquoi faire du sport?

A cette question, le plus souvent l’on pense à une perte de poids, une prise de muscle, a la compétition et j’en passe…
Mais voyons l’effet sur le cerveau, vous avez déjà tous entendu de la part de sportifs « si je ne fais pas ma séance je ne suis pas bien » ou « le sport c’est ma drogue »
Le sport, c’est bien connu, est bénéfique pour le corps : une silhouette bien entretenue, un cœur en pleine forme, des muscles en béton, un retardement des effets du vieillissement, une protection contre plusieurs maladies… La liste est longue.
Ce que l’on sait un peu moins, c’est que l’activité physique apporte aussi un grand bol d’air frais à nos neurones.
Et, chaque année, les scientifiques lui découvrent de nouvelles conséquences proprement ahurissantes sur notre cerveau.
Savez-vous par exemple que…
Le sport a des effets semblables à la morphine
Comme le savent très bien les adeptes de la course à pied, on atteint souvent, pendant certains types d’activité physique, un cap ou l’on ressent une véritable euphorie.
Énergie incroyable, confiance totale en soi, quasi insensibilité à la douleur… bref, l’impression qu’on pourrait s’attaquer à l’univers et lui mettre une bonne raclée.
L’explication de ce sentiment de toute puissance ? Pendant l’activité physique, le cerveau fabrique de l’endorphine, une proche cousine de la morphine, qui va se promener dans le système nerveux central, dans le sang et dans les organes.
Si on l’appelle “l’hormone du bonheur”, c’est parce qu’elle donne cette impression de force et de puissance. Mais elle a d’autres effets intéressants.
Le sport partage des effets avec les anti-dépresseurs
Deuxième effet kiss-cool de l’endorphine : elle entame sérieusement les conséquences de l’angoisse et de la dépression.
On remarque que les populations sportives sont en général moins sujets à la dépression et en subissent moins les effets.
L’endorphine n’est peut-être pas la seule responsable : plaisir psychologique du contrôle et de la maîtrise de soi, satisfaction du besoin de se vider physiquement et d’ouvrir les vannes, bien-être primal du corps qui fonctionne à 100% et qui remplit son but…
Attention, le sport ne suffit pas à faire disparaître une vraie dépression (celle, cliniquement reconnue, qui doit impérativement être accompagnée par un médecin) mais l’activité physique va bien contribuer à en défaire les symptômes.
Le sport développe la résistance contre le stress
Allez, un troisième effet kiss-cool pour la route : l’endorphine est une carapace contre le stress et la douleur. Littéralement : elle va aller se fixer sur les récepteurs de certaines cellulles et faire le tri dans les signaux négatifs.
Commencez à pratiquer une activité régulière, et vous allez vous rendre compte que les problèmes quotidiens vous atteignent beaucoup moins.
Pendant le sport, vos tracas quotidiens vous sembleront distants et négligeables. Et pendant plusieurs heures après, vous vous sentirez paré et en pleine forme : le résultat de plusieurs millénaires d’évolution prêt à l’action.
Le sport muscle le cerveau
Laissons un peu de côté les hormones, et allons rendre une petite visite aux neurones.
Oui, vous avez bien lu : le sport muscle le cerveau et stimule la production de nouvelles cellules nerveuses, ce qui a un impact notable sur nos capacités d’apprentissage et de mémorisation.
Le sport protège le cerveau
Vous vous en doutez, si l’activité physique stimule la création de nouvelles cellules nerveuses, cela veut dire qu’elle aide aussi à lutter contre les maladies qui ciblent justement les cellules nerveuses… maladie d’Alzheimer en tête.
En plus des maladies, elle protège donc aussi des pertes provoquées par la vieillesse.
Les dernières études en date suggéreraient même que le sport est un anti tabac et un anti alcool qui va en contrebalancer les effets… Mais ce n’est pas une raison pour en tomber dans les excès !
Le sport booste le cerveau quelque soit votre âge
Dans les écoles, des scientifiques ont fait le test d’augmenter le nombre de créneaux horaires dédiés à l’activité physique. Bilan ? Une nette augmentation chez les élèves des performances scolaires
Même expérience dans les maisons de retraites, avec le même résultat : une meilleure réussite aux tests et un effet significatif sur la santé des participants.
Vous en voulez encore ?
Si le sujet vous intéresse, ne manquez surtout pas l’excellent “Brain Rules” du biologiste John Medina : un concentré de faits et d’anecdotes surprenantes sur le fonctionnement de notre cerveau, racontées avec humour et pédagogie. Une lecture qui devrait changer votre vie de tous les jours.

By | 2017-02-09T17:05:12+00:00 janvier 25th, 2017|Santé et bien être|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment